SAVIGNY SUR ORGE Grandvaux – La Bignoche Route de Paris à Corbeil

SAVIGNY SUR ORGE Grandvaux – La Bignoche Route de Paris à Corbeil – Cette carte est assez connue et plusieurs collectionneurs ou passionnés de Savigny en ont déjà parlé et bien localisée. Nous sommes donc rue Henri Barbuse et le photographe de l’époque avait installé son appareil photo sur un trépied quasiment à l’angle de la rue Brocca. Parlons de la petite histoire qui se cache derrière ce cliché, et commençons par le photographe qui à l’époque devait demander aux passants de bien vouloir rester sur place le temps de préparer son appareil photo et surtout de rester bien immobiles au moment du clic. Même si dans les années 1900, la photographie à fait de très grands progrès la sensibilité des plaques reste encore assez faible et le temps de pose est quand même assez long (5 à 20 secondes selon les appareils). Bien sûr, on était très loin des 8 heures de pose qu’il avait fallu pour la toute première photo qui était la « vue de la fenêtre du domaine du Gras à Saint-Loup de Varennes » en 1826 prise par Nicéphore Niepce, ou les 10 minutes en 1838 de pose pour photographier le Boulevard du Temple à Paris par Louis Daguerre. Avez-vous remarqué que les cartes postales d’aujourd’hui sont pour le plus grand nombre sans personnages. ? La raison est que les braves gens de la belle époque étaient tellement contents d’être sur la photo qu’ils ne pensaient pas une seconde aux droits d’image et aux royalties qu’ils pourraient toucher par la vente des cartes postales. Aujourd’hui ce n’est plus le cas et il est quasiment impossible de faire éditer ce genre de cartes postales, tout simplement par le fait qu’il faudrait l’accord de tous les participants ainsi que l’accord des parents des enfants mineurs de ne rien réclamer en droit d’image. C’est une des raisons pour laquelle aujourd’hui 90 % voire plus des cartes postales régionalistes sont éditées de nos jours sans personnages sur le cliché. Je ne compte plus les fois pour les besoins de mes montages vidéos et photos où l’on m’a demandé si j’avais bien l’autorisation du propriétaire de filmer ou photographier une maison. ! Avant 2004, la jurisprudence considérait que seul le propriétaire pouvait exploiter l’image de son bien, considérant que le propriétaire disposait d’un droit absolu et qu’il était donc le seul à pouvoir l’utiliser et en tirer des revenus. Mais depuis un arrêt de la Cour de cassation le 7 mai 2004, il a été jugé que le propriétaire d’un bien ne disposait pas de droit exclusif sur l’image de celui-ci. Il ne pouvait donc pas s’opposer à ce qu’une personne photographie son bien et exploite cette image. Cette décision de 2004 a été confirmée en 2005 et n’a pas été remise en cause depuis. Juste un petit détail, il y a quand même des limites à l’exploitation d’une image d’un bien par un tiers si par exemple le propriétaire doit supporter des troubles manifestement excessifs, liés à l’exploitation de l’image de son bien. L’exemple le plus courant est la prise d’une photo d’une maison atypique ou historique qui pourrait par l’afflux de touristes ou de promeneurs troubler anormalement la tranquillité de son propriétaire……Protégez-vous et restez chez vous si vous le pouvez….

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.